Réunion publique du 20 juin 2017 : projet extension Vicat aux Côtes

By | 27 juin 2017

Le 20 juin 2017 a eu lieu en mairie de Sassenage une réunion d’information sur le projet d’extension de la carrière Vicat aux Côtes de Sassenage. Ce projet implique une modification du Plan local d’urbanisme (PLU) et fera l’objet d’une enquête publique, qui se déroulera dans le courant du deuxième semestre de 2017.

La réunion a été animée par Christian Coigné, maire de Sassenage, en présence du directeur des carrières cimentières Vicat pour la France, d’une ingénieure du pôle d’étude Vicat et du chef d’établissement pour la carrière de Sassenage.

Une cinquantaine de personnes était présente à la réunion, dont de nombreux habitants des Côtes. Certains d’entre eux connaissent très bien l’historique de l’implantation de la carrière Vicat à Sassenage. Le public a exprimé ses inquiétudes et doutes, voire même leur colère, vis-à-vis de ce projet de l’entreprise Vicat. Le maire, à chacune de ses interventions, se positionnait favorablement au projet, malgré le rejet évident des Sassenageois. Parfois, il lui arrivait même de répondre aux questions à la place des responsables de Vicat, tout en se défendant d’être actionnaire de Vicat. Il dit « défendre l’intérêt général » et affirme que cela passe par « la défense de l’économie et des emplois », ce qui implique la poursuite et l’extension des activités d’exploitation de Vicat sur la commune (voir ci-dessous).

Jugez par vous même, en écoutant l’enregistrement audio de la réunion publique :

Voici un compte rendu synthétique des moments forts de cette réunion (le moment de l’enregistrement correspondant à chaque commentaire est indiqué par minutes:secondes).

00:19 – C. Coigné démarre la réunion en affirmant que c’est la Métro qui instruit le dossier de demande de modification du PLU déposée par Vicat, ce qui est vrai. Il affirme aussi que la Métro a donné un « avis favorable » au projet (ce qui n’est pas possible en phase d’instruction) et que « la Métro a demandé à la commune de Sassenage d’accélérer la procédure avant la transformation des PLU communaux en PLUi intercommunal. » Nous comptons demander des précisions aux services métropolitains à ce sujet.

00:45 – C. Coigné nous signale que l’éviction du Ball Trap Club (BTC) de son site d’entraînement à Combe Chaude n’est pas à l’ordre du jour de la réunion. Plusieurs membres du BTC étaient présents et ont fait part de leur mécontentement suite à la décision du maire. Quoi qu’il en soit, le projet de Vicat est intimement lié à l’éviction du BTC de ses locaux, parce que Vicat souhaite étendre la carrière sur le site de Combe Chaude.

01:35 – D’emblée, C. Coigné nous présente le projet sous un angle positif : malgré l’intégration de la parcelle Combe Chaude dans le périmètre, le projet Vicat impliquera une réduction de 5% de la surface d’exploitation actuelle, qui est de 54 hectares. Plus tard, au cours de la réunion, un des habitants des Côtes mettra en cause cette « réduction » de l’aire exploitée.

02:00 – C. Coigné nous explique aussi que la parcelle où se trouvait le BTC appartient à la commune et qu’il avait envisagé de la transformer en zone de loisirs. Cependant, le terrain serait pollué à cause du plomb des projectiles et, étant donné la proximité de la carrière, sa sécurisation est compliquée. La création d’une zone de loisirs, d’après C. Coigné, n’est donc plus d’actualité.

15:42 – L’échéancier de la procédure administrative nous est présenté : l’enquête publique démarrera au mois d’octobre 2017. En novembre 2017, le commissaire enquêteur établira un rapport d’enquête. Le Conseil municipal de Sassenage donnera un avis sur ce rapport, qui sera ensuite transmis à la Métro et fera l’objet d’une délibération du Conseil métropolitain. (La procédure n’est pas clairement expliqué, parce qu’il faudra faire un changement du PLU communal avant fin 2017. De toutes manières, ce PLU deviendra caduque dès 2018, quand le PLUi le remplacera. La demande de Vicat semble être traitée en toute hâte par la mairie de Sassenage, de manière à boucler le dossier avant la création du PLUi…)

17:06 – Le chemin des Batteries reste en dehors du périmètre concerné par la demande de Vicat et restera un chemin de promenade.

17:59 – Yannick Belle, élu du groupe « Agir pour Sassenage » s’adresse directement à Vicat pour savoir si oui ou non, la société Vicat est intéressée par la parcelle du BTC ce qui pourrait expliquer l’éviction soudaine du club. La réponse de Vicat est claire: c’est oui.

20:57 – C. Coigné affirme que les travaux d’adduction d’eau, réalisés en 2015 et qui ont coûté 260 000 € aux contribuables sassenageois, étaient destinés à l’approvisionnement du BTC en eau potable. Les membres du BTC présents à la réunion ont contesté cette information, et ont affirmé que la citerne qui était en place auparavant leur convenait parfaitement et que l’adduction d’eau n’a pas été demandée à la mairie. Plus tard dans la réunion (instant 77:28), C. Coigné nous explique que le montant d’argent en question était un reliquat du budget de l’eau, qui n’était pas transférable au budget général de la commune. Avec le transfert de la compétence eau à la Métro en 2015, il a fallu dépenser cet argent à la va-vite en commandant des travaux avant le 1er janvier 2015. Pourtant, une négociation entre Sassenage et la Métro aurait été possible. C’est ce qu’a fait la quasi totalité des communes de la Métro. Pourquoi un tel gaspillage d’argent public, si même Vicat ne compte pas se servir de l’eau (instant 37:10 de l’enregistrement) ?

22:47 – Un habitant des Côtes, qui connaît bien le dossier, affirme que Vicat n’a pas 54 hectares d’exploitation autorisés actuellement. Certaines parties de la carrière auraient dû être rendues il y a dix ou quinze ans, mais cela n’a pas été fait. Cela mérite une recherche plus approfondie dans les textes d’autorisation préfectorale. Quoi qu’il en soit, le projet de Vicat serait plutôt une extension de la carrière, au lieu d’une réduction, tel que cela a été annoncé.

37:10 – Rafael Laboissière, secrétaire du CAPS, pose une question très précise aux représentants de Vicat : à quelle date ont-il envoyés la première lettre d’intention à la Mairie, concernant l’extension de la carrière sur le terrain du BTC ? C. Coigné prend immédiatement le micro pour se plaindre de cette question « piège », d’après lui. La réponse de M.Vernay reste évasive : « Nous avons présenté notre projet à la Métro au mois d’avril 2017… » Les Sassenageois ont le droit de connaître l’historique de l’affaire, pour mieux la comprendre. Est-que la demande de Vicat est antérieure à la décision d’éviction du BTC ? Comment l’éviction du BTC et la demande de Vicat se situent dans le temps par rapport aux travaux d’adduction d’eau ?

43:36 – Quel est l’intérêt de la commune dans l’extension de la carrière, vu les nuisances potentielles énumérées par les habitants des Côtes ? Le directeur des services techniques explique qu’actuellement les parcelles exploitées par Vicat rapportent environ 64 000 € / an à la commune. En calculant au prorata des 54 hectares actuels, le terrain de 1_hectare du BTC représentera un loyer « faramineux » de 1 200 € / an…

46:17 – Certes, les habitants des Côtes se sont plaints des nuisances sonores causées par les tirs du BTC le samedi après-midi. Ils s’inquiètent maintenant des nuisances induites par une éventuelle extension de la carrière qui, elles, ne seront pas restreintes aux samedis, mais s’étaleront sur plusieurs jours de la semaine (poussière, tirs de mines, bruit, glissement de terrains, fissures dans les maisons, …)

51:03 – Une habitante des Côtes demande directement à M.le maire s’il compte s’opposer au projet Vicat en ne  louant pas le terrain du BTC.

54:26 – Un habitant des Côtes fait état d’un sondage réalisé dans le quartier, selon lequel les Côtois seraient farouchement hostiles à l’extension de la carrière.

54:59 – Des inquiétudes vis-à-vis du plan d’exploitation de la carrière ont été émises. Les habitants des Côtes craignent que Vicat ne commence à exploiter les parcelles qui sont plus proches des habitations, contrairement à leurs engagements antérieurs.

66:00 – On constate qu’un climat de défiance s’est installé entre les habitants des Côtes et Vicat. Certains mettent en garde la société sur les effets délétères que le manque de dialogue et de concertation pourra causer.

80:20 – Certains habitants des Côtes demandent si le BTC est effectivement fermé, parce qu’il y a encore des bruit de tirs. Les membres du BTC présents à la réunion affirment qu’il s’agit de gendarmes ou de membres de la police municipale qui viennent s’entraîner sur le terrain, ce que C. Coigné réfute totalement. Qui dit la vérité ?

94:14 – Enfin, on pose une question qui fâche : si jamais Vicat n’obtient pas d’autorisation pour exploiter le terrain BTC, combien y aura-t-il de licenciements ? Nous n’obtenons pas de réponse précise à cette question, qui est tout de même l’argument principal de C. Coigné pour défendre Vicat, malgré l’opposition manifeste des Sassenageois au projet. Mais Vicat admet que l’entreprise et l’exploitation ne seraient pas du tout mises en péril si Vicat ne devenait pas locataire de cette parcelle.

One thought on “Réunion publique du 20 juin 2017 : projet extension Vicat aux Côtes

  1. venin

    Bravo pour cette information précise et merci au rédacteur et aux participants acteurs du débat.
    Ce dossier me semble louche pour le moins et je n’ai toujours pas compris pourquoi la mairie avait fait
    cet investissement de 260 000 euros. Je m’oppose à ce projet dans la précipitation et sans fondement.
    D’autant plus que l’on ne sait pas bien qui est à l’initiative de la demande qui en plus
    ne rapporte pas grand chose à la ville (1200€ par an). e projet est pour le moins mystérieux.

    Reply

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *